La Conférence générale se compose des représentants de tous les Etats membres de l’Organisation. Elle se réunit tous les deux ans, avec la participation des Etats membres et des Membres associés. Sont également invités à participer, en tant qu’observateurs, des Etats non membres, des organisations intergouvernementales, des organisations non gouvernementales et des fondations. Chaque Etat y dispose d’une voix, quelles que soient sa taille et l’importance de sa contribution au budget.

La Conférence générale détermine l’orientation et la ligne de conduite générale de l’UNESCO. Elle adopte un Programme et un budget pour l’UNESCO pour les deux années suivantes. Elle élit les membres du Conseil exécutif et nomme, tous les quatre ans, le Directeur général.

Du 12 au 27 Novembre 2019 , s’est tenue la 40ème session de la conférence générale au siège de l’UNESCO à Paris.

Elle a réuni  193 Etats membres de l’UNESCO et a connu la participation au niveau politique de chefs d’État et de gouvernement, de ministres de l’éducation et de l’enseignement supérieur, de ministres de la Culture, du Secrétaire général des Nations Unies, du Président de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Dans son discours d’ouverture, Le Sécrétaire Général des Nations Unies, António Guterres, a relevé que l’action de l’UNESCO est essentielle pour rassembler le monde et a souligné le rôle de l’Organisation dans le domaine de l’éducation et des questions éthiques dans les sciences .

La Directrice générale, Audrey Azoulay, a soulevé les inégalités et les disparités qui se creusent dans l’éducation, la technologie et l’environnement. Elle a déclaré qu’il incombe d’intégrer la coopération ,la solidarité et le multilatéralisme à la réponse aux défis contemporains. Elle a également souligné l’importance de l’éducation et signalé la mission de l’UNESCO en tant que laboratoire d’idées.

Les 193 États membres de l’UNESCO ont adopté des décisions et lancer des initiatives pour faire face aux enjeux contemporains.

Parmi les décisions et initiatives figurent l’adoption du budget de l’organisation, l’adoption d’une Convention sur la mobilité interuniversitaire et l’émergence d’un « campus mondial » plus inclusif, la conception d’un projet d’instrument normatif mondial sur la science ouverte, l’élaboration d’un instrument normatif international sur l’éthique de l’intelligence artificielle, l’adoption d’un nouveau cadre mondial sur l’éducation en vue du développement durable (EDD) pour la période 2020-2030.

La Conférence générale a été aussi le cadre d’un échange entre jeunes et dirigeants gouvernementaux sur le thème : « (Ré) Génération – Repenser le multilatéralisme avec de jeunes acteurs du changement ».

Session ODD4 et données statistiques
Espace des ONG