La soixante-cinquième session de la  Commission sur la condition de la femme des Nations Unies (CSW), principal organe intergouvernemental mondial dédié exclusivement à la promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes, s’est déroulée en ligne du 15 au 26 mars sur le thème « La participation pleine et efficace des femmes à la prise de décisions dans la sphère publique, à l’élimination de la violence, à la réalisation de l’égalité des sexes et à l’autonomisation de toutes les femmes et de toutes les filles »

Des représentants des États membres, des entités des Nations Unies et des organisations non gouvernementales accréditées par l’ECOSOC (ONG) de toutes les régions du monde y ont participé. Notre organisation y était représentée.

Les négociations sur la déclaration finale de la CSW se sont révélées particulièrement difficiles cette année. D’importantes divergences de vues ont notamment été enregistrées dans les domaines de la santé et des droits sexuels et reproductifs, de la violence fondée sur le genre, des droits de l’homme, des structures familiales et de l’éducation sexuelle.

Plusieurs tendances contradictoires se dessinent aujourd’hui dans la politique internationale en matière de droits des femmes. D’un côté, nous assistons à l’émergence d’un mouvement mondial d’organisations de la société civile et de la jeunesse en faveur de l’égalité des genres et des droits des femmes qui se sont regroupées sous le nom de «Forum Génération Égalité». Ce forum, qui bénéficie du soutien d’ONU Femmes et d’un grand nombre d’États, sera lancé au Mexique fin mars 2021(29-31mars)  et culminera à Paris en juillet 2021.

De l’autre côté, les positions des États critiques à l’égard de l’égalité des genres et des droits des femmes se durcissent et tendent à bloquer tout progrès.

changez la taille des polices
Contraste